contact@ff2p.fr
     
     
 

VOEUX 2018 DE LA FF2P



Cher(e)s collègues,

En cette nouvelle année qui commence je viens vous souhaiter tous mes vœux, et ceux de la FF2P.
J’espère vivement que 2018 nous apportera la reconnaissance de notre métier, de celui que nous pratiquons depuis des années avec le plus grand sérieux, que la FF2P a toujours porté et dont les critères qu’elle impose sont les garants d’une psychothérapie éthique, le métier de psychopraticien(ne).

Cette année encore la FF2P poursuivra son travail de promotion de nos méthodes ainsi que de tous les métiers de la psychothérapie qu’elle représente.
Elle mettra particulièrement l’accent sur celui de psychopraticien(ne), qui constitue un grand nombre d’adhérents qui n’ont plus d’identité depuis la loi "Accoyer".
En plus de notre implication au niveau national nous continuerons celle au niveau européen, et développerons notre travail au sein de l’EAP.

La fin de l’année 2017 a vu le départ de Pierre Canoui de la présidence de la fédération, poste qu’il a tenu pendant cinq ans, et j’en profite ici pour le remercier chaleureusement d’avoir effectué une transition réussie après le départ des membres fondateurs de la FF2P.
Je tiens à saluer le travail qui a été fait avec son équipe durant ces cinq années.
Travail que je continuerai en mettant toute mon énergie pour qu’aboutisse la reconnaissance de notre métier.

Pour l’instant, comme vous le savez, malgré tous nos efforts et le travail fourni par la commission métier de notre fédération, notre inscription au RNCP (Registre National des Certifications Européennes) est bloquée.

Depuis 2010, date de la création du titre de psychothérapeute nous interdisant de porter ce nom, nous n’avons jamais cessé de travailler et de recevoir de plus en plus d’usagers en détresse psychologique, affective, émotionnelle.
Les pouvoirs publics ne nous reconnaissent pas et pourtant chaque jour nous exerçons notre métier dans nos cabinets avec le plus grand sérieux et la plus grande rigueur.
Le fait que notre profession continue d’exister est la preuve, s’il en faut, que les usagers viennent chercher nos compétences professionnelles spécifiques.
Compétences tout à fait différentes de celles des psychiatres ou des psychologues mais qui pour autant ont tout à fait leurs places dans la société et le champ de la santé mentale.

Aujourd’hui où les personnes sont de plus en plus fragilisées par des évènements perturbant leur vie comme : le chômage, les divorces croissants, des conditions de travail difficiles engendrant de plus en plus de burn-out, des crises de couple, des difficultés dans l’éducation des enfants, etc., il est important qu’une aide, appropriée et de qualité, soit apportée aux personnes en souffrance psychologique et qu’elle enrichisse l’offre de prise en charge de toutes ces problématiques.
Pour garantir la protection des usagers il est tout aussi important qu’ils soient accompagnés par des professionnels compétents et bien formés à la prise en charge de celles-ci. C’est cela que nous proposons, sans nous mettre en concurrence avec les professionnels de la santé.
Nous avons une autre approche, spécifique à chaque méthode mais avec des fondements relationnels communs, qui nous a été enseignée pendant plusieurs années dans des organismes de formation privés.
Bien au-delà d’une "technique" ces formations expérientielles et théoriques permettent de développer une qualité d’être chez le(la) psychopraticien(ne) et un sens de l’éthique inébranlable, indispensables dans la conduite du travail psychothérapeutique.
C’est aussi pourquoi en plus de critères de formation exigeants, théoriques et pratiques, et d’une supervision permanente les praticiens membres de la FF2P sont dans l’obligation d’avoir fait une thérapie approfondie.

Des études ont démontré que quelle que soit la méthode utilisée le plus important pour la réussite d’une psychothérapie est la qualité de la relation entre le client et le praticien en psychothérapie ainsi que la possibilité de choisir celui-ci.

Seules toutes ces conditions associées assurent les plus grandes compétences et la plus grande qualité relationnelle, et par répercussion la protection des usagers qui viennent nous consulter.

Cet enseignement rigoureux les psychopraticien(ne)s membres de la FF2P ne cessent de l’enrichir au travers de formations complémentaires et d’une supervision, par des pairs expérimentés, tout au long de leur exercice professionnel.
C’est cet engagement intransigeant, preuve du sérieux professionnel qui nous anime, que nous voulons faire reconnaitre par les pouvoirs publics.

Notre utilité et notre place dans le champ de la santé mentale ne sont plus à prouver et, malgré la confusion qui règne encore en ce qui concerne les différents « psys », les reconnus par les ARS et ceux qui ne le sont pas, les usagers ne s’y trompent pas et viennent à nous.
La liste officielle et le n°ADELI ne garantissent aucunement les compétences du praticien de la psychothérapie et la satisfaction des usagers devrait être le critère essentiel.

Nous ne nous décourageons pas et cette première victoire qu’est l’avis favorable de la Commission Nationale des Certifications Professionnelles, pour l’inscription au Registre National des Certifications Professionnelles nous permet vraiment d’espérer.
Notre métier a été reconnu par une instance des plus exigeantes.
Cette instance a compris quelle était notre place et notre rôle dans la société et a validé la qualité de nos formations.

Il nous reste encore un gros travail d’information à faire auprès des ministères, ce que nous allons engager cette année. Tout le conseil d’administration et moi-même mettrons notre énergie dans cette tâche afin que les pouvoirs publics reconnaissent le métier tout à fait spécifique que nous pratiquons, nos formations rigoureuses et le haut sens de l’éthique qui nous habitent.

Nous représentons une force professionnelle tout à fait conséquente, dont la place dans le champ de la santé mentale n’est plus à démontrer, et à ce titre nous devons être entendus.


Brigitte ASSELINEAU, présidente de la FF2P